Pour une politique de la France en Afrique responsable et transparente

Publié le par Nadine Luc

afrique.jpgLa France et le continent africain ont des rapports de longue date, liés à une Histoire tourmentée et qui doit aujourd’hui être apaisée. L’esclavage, la traite négrière, le pillage des richesses et aujourd’hui la néo-colonisation, sont autant de crimes commis par la France contre la l’Afrique. Il est temps que de nouveaux rapports s’engagent entre notre pays et ce grand continent.

Mon combat est celui de la coopération bilatérale entre la France et l’Afrique. Notre pays n’a pas de raisons valables d’avoir des prérogatives gouvernementales, économiques, financières, politiques en Afrique. Je suis donc tout à fait favorable à ce que les Etats africains mettent en place des systèmes démocratiques qui répondent aux aspirations légitimes des peuples à se gouverner eux-mêmes. La souveraineté économique, notamment en interdisant les aides financières du gouvernement américain aux producteurs américains, et militaire de ces pays sera un gage d’avancée certaine contre toutes formes de dominations des puissances du Nord sur le continent africain.

L’Afrique n’est pas un bloc homogène. Il faut que la France considère les particularités régionales, locales, sans non plus encourager les nationalismes ou « ethnicismes » menaçants pour le continent. Mais les particularités économiques, culturelles, identitaires doivent être reconnues afin de faciliter les rapports en France et en Afrique.

Je suis favorable à la création d’une commission parlementaire chargée de réaliser le bilan des rapports France Afrique. En outre, il faut une rupture totale et sincère avec le système « françafrique » perpetué par les différents gouvernements depuis 20 ans. Au contraire, il est temps de favoriser la coopération basée sur la transparence et dans le respect des intérêts des 2 parties et au bénéfice de la population africaine, dans le respect des droits de l’Homme.

Enfin, je crois nécessaire et urgent, en vertu des liens historiques que nous avons avec l’Afrique, que notre pays utilise son aura internationale pour défendre les intérêts de l’ensemble des populations africaines au sein des institutions internationales.

Publié dans Propositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article