Le droit au logement

Publié le par Nadine Luc

En tant que députée, je me battrais pour qu’aboutisse le projet de création d’un service public du logement. Parce que cette question est primordiale pour notre pays, la crise du logement touche 9 millions de personnes, il faut s’y atteler d’urgence.

Cette crise résulte de politiques publiques libérales favorisant la spéculation immobilière et conduisant à une pénurie de logements sociaux, une cherté des loyers et des difficultés grandissantes pour l’accession à la propriété.

La République doit garantir dans les faits un droit au logement décent pour tous au même titre que le droit à l’éducation et à la santé. Tout comme il existe un service public de l’Education nationale, un système d’assurance maladie, l’Etat doit créer un outil républicain pour assurer la mise en œuvre effective du droit au logement.Untoitpour-tous.jpg

Je propose de mettre en débat la construction de 120 000 logements sociaux par an, de haute qualité environnementale, à loyer modéré, jusqu’à satisfaction des besoins. De même qu’il faut parvenir à mettre en place un plan d’urgence avec réquisition des logements vacants.

Je suis favorable à l’augmentation des petites structures pour les sans-logis bénéficiant d’un accompagnement sanitaire, social et psychologique renforcé. De même je milite pour une sécurité sociale du logement dès le premier logement avec une garantie du risque locatif pour l’accès et le maintien dans un logement décent. Je souhaite aussi la revalorisation des aides au logement, faire baisser le coût du logement, le limiter à 20% des revenus du foyer.

Il est inadmissible que la loi SRU ne soit pas appliquée par un grand nombre de maires. Les maires hors-la-loi doivent être inéligibles.

Je préconise aussi le retour à un budget de l’Etat pour le logement égal à 2% du PIB et un aide à la pierre. Il faut supprimer les cadeaux fiscaux aux plus riches qui louent des loyers inaccessibles ! Je suis favorable à une mobilisation du système de financement de l’argent public collecté pour le logement social (livret A, caisse des dépôts et des Consignations etc.). Il faut taxer la spéculation foncière et immobilière.

Enfin concernant l’action de l’ANRU, je suis évidemment favorable à la concertation publique. L’importance du logement est telle pour les familles que les exclure de la réflexion sur la démolition/reconstruction/rénovation de leur habitat n’est pas pensable. Dans ma ville, je soutiens l’action de l’équipe municipale qui a entièrement associé un quartier à sa rénovation dans le cadre de l’ANRU

Enfin pour l’accueil des gens du voyage, je suis favorable à ce que soient étendues les études en permettant la collaboration entre les communautés de communes (comme cela a été le cas à Créteil), afin de trouver les meilleures solutions pour apporter aux gens du voyage toutes les garanties nécessaires à leur bon accueil dans nos villes. La caravane ne me semble pas contradictoire dans ce cas précis des gens du voyage comme lieu d’habitat.

Publié dans Propositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article